Océan mer – Alexandre Baricco

Critique

20140523-090258-32578000.jpg

Titre: Océan mer
Auteur: Alessandro Baricco
Année: 1998
Pages: 282

Note: 9/10

Résumé

Au bord de l’océan, à la pension Almayer, « posée sur la corniche ultime du monde », se croisent sept personnages au destin étrange et romanesque, sept naufragés de la vie qui tentent de recoller les morceaux de leur existence. Mais leur séjour est bouleversé par le souvenir d’un hallucinant naufrage d’un siècle passé et la sanglante dérive d’un radeau. Et toujours, la mer, capricieuse et fascinante…

Avec une époustouflante maîtrise, Alessandro Baricco nous offre à la fois un roman à suspense, un livre d’aventures, une méditation philosophique et un poème en prose.

Critique

Cette critique est un peu différente des précédentes. Aujourd’hui j’essayerai de vous convaincre de courir dans la librairie la plus près que vous soyez en pyjama ou à des kilomètres de brousse du centre de la ville.

Argument no. 1
L’histoire se magnifie au cours de la lecture pour arriver à être un chef-d’œuvre à la dernière page. Ce livre raconte (il ne décrit pas. Il raconte) le rapport à la mer pour le à habitants singuliers de la pension d’Almayer. Chacun apporte un point de vue différent sur l’océan. Certains tentent d’en trouve le centre, d’en marquer les limites, de guérir, de s’apaiser, de s’inspirer, de découvrir la vérité…

Argument no. 2
Une construction romanesque époustouflante divisé en trois majeure partie. Les deux premières sont focalisées sur la découverte sommaire de tous les personnages, ceci se fait évidemment par leur relation avec la mer. La troisième apporte des réponses. Elle lie les personnages, les destins étonnants. Le début peut sembler confu, mais ne vous arrêtez pas. Les clefs de la narration suivent le flot et vous lancent des bouées. Laissez vous porter par ce courant poétique.

Argument no. 3
La poésie de l’œuvre est suffisante pour convaincre les amateurs que cette œuvre est merveilleuse de la première a la dernière syllabe. Tout coule, les mots chantent et créée des images qui frappent l’esprit. Toutefois, il faut préciser que Baricco n’est pas strictement poète. Ce roman est un récit narratif avec des quêtes et des aventures. Il est entrecoupé de lettres, de poèmes, de prières modernes et autres. Ce mélange crée un résultat diversifié qui motive le lecteur à poursuivre.

Argument no. 4
La structure n’est pas la seule chose qui vous surprendra, les récits personnels de chacun sont aux limites de la réalité. Un peintre qui cherche les yeux de la mer, une petite fille qui doit s’y plonger pour guérir, un amoureux qui écrit des lettres dédiées à une femme qu’il rencontrera peut-être un jour et je ne vous dit pas tout ! Ils racontent tous ensemble les miracles comme les atrocités de la mer. Ils forment le portrait complet de ce qu’est l’océan.

Argument no. 5
Le caractère transcendant de l’œuvre devrait vous convaincre de courir à la librairie. Tout dans cette œuvre crie l’expérience infini et indescriptible de la mer: la structure valsant d’un personnage à l’autre, les réflexions sur l’infini, le caractère spirituel de cette création divine; du déluge, les horreurs des naufrages qui font remonter à la surface le pire de l’Homme.

Dans ce tableau complet de la mer, c’est en fait l’humanité qui est peinte avec toutes ces nuances. Il est impossible de ne pas y trouver son compte dans cette œuvre, car elle me semble infini, comme l’océan.

<>

Karo.

Publicités

Et Ellie vécut heureuse – Harriet Evans

9782258095441

Titre: Et Ellie vécut heureuse
Auteur: Harriet Evans
Date : 2013
Pages : 484 pages
Note : 7.5/10
Résumé : A vingt-deux ans, Eleanor Bee s’est fixé trois buts : s’installer à Londres pour faire carrière dans l’édition, avoir les moyens de s’offrir un café et un croissant chaque matin, et surtout, ne jamais tomber amoureuse – depuis le divorce de ses parents, Ellie ne croit plus au prince charmant.

Quand enfin elle arrive dans la capitale, rien ne se passe comme prévu. Elle accumule les gaffes, sa carrière ne décolle pas assez à son goût et, ô malheur, elle a un coup de foudre. C’est alors qu’une échappatoire miraculeuse apparaît : Ellie se voit offrir un poste à New York. Mais elle a beau fuir, le passé a toujours une étrange manière de vous rattraper…

Un portrait tendre et juste des jeunes femmes actives d’aujourd’hui qui, à force de tout planifier, pensent pouvoir contrôler leur vie sans que le hasard s’en mêle !

Critique : J’ai lu ce livre tout d’un bout, couchée dans mon lit, un jour où je ne voulais pas aller à l’école, honte à moi. De tous les livres en attente de lecture de mon étagère, c’est lui que j’ai choisi parce que c’est un livre de filles. Tout simplement.
Mais c’est un bon livre de filles. L’héroïne a du bon sens, elle a des problèmes, mais ils ne sautent pas dans le visage. Ellie n’est pas une épave désespérée qui se fait reprendre en main par sa meilleure amie autour d’un cocktail. Elle a une histoire, elle ne vit pas seulement pour rencontrer l’amour et elle fait du travail sur elle-même. C’est le genre de livre de filles que j’apprécie, lorsqu’il est réaliste et qu’il enseigne quelque chose à travers l’apprentissage et l’épanouissement de l’héroïne.
Et étant donné qu’Ellie travaille dans l’édition, le livre est truffé de référence à des grands romans comme Jane Eyre et Orgueil et Préjugés et en plus, il se passe en grande majorité à Londres (yess).
Outre l’histoire d’amour (qui ne prend pas tant de place que ça et qui est quand même pas trop évidente), ce livre soulève plusieurs enjeux: la famille, l’alcoolisme, la recherche de soi et la carrière. Parce que la famille et la carrière sont deux sujets très importants autour desquels l’histoire gravite. On comprends que si tu ne règles pas tes histoires de famille, tu les traînes toute ta vie.
Ce livre se passe sur plusieurs années. Ça rend la chose beaucoup plus réelle. La jeune femme ne passe pas de rien à femme accomplie en 2 mois, trouvant l’homme de sa vie et réglant tous ses problèmes en même temps. Ça prends du temps.
Le sentiment que j’ai ressenti en fermant le livre est que tout allait bien aller. Ellie déménage New-York/Londres régulièrement, change de travail, fait ce que son coeur lui dit de faire et il n’y a pas de problème. Tout est possible, il suffit juste d’écouter son coeur.
<< Parfois, les choses de la vie n’arrivent pas dans le bon ordre. Ou toutes en même temps. On s’énerve mais c’est comme ça . >>
Avez-vous lu des livres dans ce genre récemment ?
Josianee .