Et au pire, on se mariera – Sophie Bienvenu

Titre : Et au pire, on se mariera
Auteur: Sophie Bienvenu
Date: 2012
Nombre de pages : 152

Note: 7/10

Résumé: Centre-Sud. Entre la Sainte-Catherine, Mel et Jo, les putes travesties, et le parc jonché de seringues, Aïcha traîne son enfance cassée par son beau-père. Elle rencontre Baz et devient amoureuse. Une chose grave leur arrivera. Pour sauver sa peau, pour protéger Baz, Aïcha, forcée de s »expliquer à une travailleuse sociale, revoit son histoire et multiplie les versions des faits. Dans un monde si mal foutu, qui dit vrai et qui peut dire où se situe la réalité ? Une confrontation déchirante et drôle où l »émotion court. La langue à fleur de peau de Et au pire, on se mariera se trouve à la croisée du romanesque, du théâtre de rue et de la déposition.

Critique: Ce livre est finaliste au Prix littéraire des collégiens. Même si le titre peut laisser penser à un roman plutôt humoristique, ne vous trompez pas. (quoi qu’il y a des petites touches d’humour qui viennent enlever un peu de lourdeur à l’oeuvre, HEUREUSEMENT). Il est plutôt dramatique, frisant le psychologique.
Ce roman aborde des thèmes sensibles. La difficulté de l’enfance, la « pédophilie », la noirceur du milieu de la rue, le mensonge, principalement. Sophie Bienvenu dépeint une réalité brutale, celle de la rue pour une enfant de 13 ans. L’âge du narrateur est un élément choc dans cette histoire. Il est difficile d’accepter qu’une enfant peut faire face à un quotidien si adulte, si dure.
La narration de cette oeuvre est faite au « je ». C’est un long monologue dans lequel Aicha raconte son histoire avec Baz. L’auteur a choisi d’écrire en langage populaire, mais TRÈS populaire. Les « anyway », «genre», «fake», jonchent le récit, SANS POURTANT (c’est très important), déranger la lecture. Le tout m’a semblé très fluide. C’est un exploit.
Ce qui est étonnant et sans doute le point fort du roman, c’est que le narrateur peut nous emmenez n’importe où. Nous la suivons les yeux fermés. On a pas le choix de lui faire confiance, mais, à un certain moment, elle nous ment. Elle nous raconte des passages, mais nous sommes dans l’incertitude de la vérité du récit tout au long du roman. C’est un aspect très intéressant, le lecteur a une quête de démêler le vrai, du faux.
Bref. Je n’ai pas adoré l’histoire, ce n’est pas un coup de coeur, mais je reconnais que le travail de l’auteur est très bien fait. Ce roman mérite sa place au prix littéraire des collégiens. Je recommande ce roman aux personnes aimant les drames et étant ouverts d’esprit. Il faut une certaine ouverture pour accepter le style de l’auteur et embarquer avec elle dans cette histoire.

« Pis là, il t’arrive plein de trucs qui font que tu viens… épuisée, genre. Mais vraiment épuisée, je parle. Épuisée comme quand t’as plus du tout de vie en dedans. T’es vidée de ton sang, de ton eau, de tout ce qui fait que tu es toi. T’es tellement vide que t’as juste des organes qui restent en dedans. Ton coeur qui continue de battre rien que pour te narguer, on dirait.
Tu voudrais crever, ce serait reposant, mais non. Il continue de battre, ce salaud, pis chaque battement, ça t’épuise encore plus, c’est de la torture. Tu voudrais supplier, mais t’as personne à supplier. Tu pourrais demander à Dieu d’arrêter de te faire chier, mais ça se saurait s’il répondait aux requêtes, mettons qu’il existe, genre. »
« Il pleurait, mais des fois tu peux pleurer de colère ou de mal. Des fois tu peux être triste, mais pas pour la raison pour laquelle tu devrais être triste. »
Karo.
Publicités

2 réflexions sur “Et au pire, on se mariera – Sophie Bienvenu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s