Il pleuvait des oiseaux – Jocelyne Saucier

Couverture Il pleuvait des oiseaux

Titre: Il pleuvait des oiseaux
Auteur: Jocelyne Saucier
Date de parution: 2011
Nombre de pages: 179

Note: 8,5/10

Résumé: Vers quelle forêt secrète se dirige la photographe partie à la recherche d’un certain Boychuck, témoin et brûlé des Grands Feux qui ont ravagé le nord de l’Ontario au début du XXe siècle? On ne le saura pas. Boychuck, Tom et Charlie, dorénavant vieux, ont choisi de se retirer du monde. Ils vivent relativement heureux et ont même préparé leur mort. De fait, Boychuck n’est plus de ce monde au moment où s’amène la photographe. Tom et Charlie ignorent que la venue de la photographe boulversera leur vie. Les deux survivants feront la rencontre d’un personnage aérien, Marie-Desneige. Elle a 82 ans, tous ses esprits, même si elle est internée depuis soixante-six ans. Elle arrivera sur les lieux comme une brise espérée alors que la photographe découvrira que Boychuck était un peintre et que son œuvre était tout entière marquée par le Grand Feu de Matheson. C’est dans ce décor que s’élabore Il pleuvait des oiseaux. Nous voici en plein cœur d’un drame historique, mais aussi pris par l’histoire d’hommes qui ont choisi la forêt. Trois êtres épris de liberté et qui ont fait un pacte avec la mort. Un superbe récit à la mesure du grand talent de Jocelyne Saucier.

Critique: C’est avec enthousiasme que j’ai entamé cette lecture! J’avais reçu de très belles critiques et ce livre avait reçu la mention d’honneur du prix littéraire des collégiens  de la 9e édition. J’ai constaté avec joie que ce roman était à la hauteur de mes espérances!

L’histoire met en place 3 personnages principaux, trois vieillards qui s’installe dans les bois pour y finirent leur vie. Ces personnages sont très colorés et très bien définis. Le mariage des personnages, tant ceux de premier plan que ceux qui ne font que passer, est superbe. Ils s’assemblent ou se contrastent. L’effet et l’impression que les personnages laissent sur le lecteur est très poignante. On s’attache vite, très vite.

Le récit proprement parlé est construit un peu pèle-mêle, on y mélange deux histoires: celle des grands feux/la vie de Boychuck et le quotidien des vieillard. MAIS, l’important c’est qu’on ne s’y mélange pas, il n’y a pas vraiment de confusion, alors la forme est intéressante. Les passages où la vie de Boychuck est racontée à la manière d’une légende sont très bien réussi. J’ai adoré!

Mais, mais, mais. Ce qui m’a fait aimer ce roman, c’est la nouveauté du point de vue montré sur la mort. Elle est décrite comme une amie. Les vieillards la fréquente, mais sans peur, sans résistance. Elle est là. Tout simplement. Le thème de la liberté est aussi très bien installé. L’impression d’être libre, de l’être vraiment est palpable.

Cette oeuvre peut être interprété à plusieurs degrés. C’est un bon divertissement, mais c’est aussi une grande réflexion sur la vie, la mort et la liberté. Faut-il vraiment sortir de toutes normes pour être enfin libre? Et, même sortie de la civilisation, ne nous imposons-nous pas des normes à nous-mêmes…? Encore une fois, ce n’est pas un roman où les péripéties abondent et il y a un peu de longueur. MAIS, Jocelyne Saucier nous fait oublier ces petits bémols avec un style très lyrique, un découpage du texte en très court chapitre et des personnages touchants. Bref, une très belle lecture!

« La souffrance quand elle s’empare de quelqu’un ne laisse place à rien d’autre. »
« L’amour impossible n’est plus possible de nos jours »
« On ne peut rien savoir d’un vieillard si on ne va pas à ses yeux, ce sont eux qui détiennent l’histoire de sa vie. »
Karo.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s