La vie devant soi – Romain Gary

la-vie-devant-soi

Titre: La vie devant soi
Auteur: Romain Gary
Date de parution: 1975
Note: 9.5/10
Résumé: « Il devait penser que j’étais encore interdit aux mineurs et qu’il y avait des choses que je ne devais pas savoir. En ce moment, je devais avoir sept ans ou peut-être huit, je ne peux pas vous dire au juste parce que je n’ai pas été daté, comme vous allez voir quand on se connaîtra mieux, si vous trouvez que ça vaut la peine. Momo ne connaît pas son âge, mais il connaît le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » et, conformément à ce droit sacré à la dignité, Madame Rosa, ancienne prostituée reconvertie en nounou pour « enfants de putes », n’est pas obligée d’aller à l’hôpital. Il va donc tout mettre en oeuvre pour la préserver contre l’acharnement thérapeutique. Car, s’il sait que l’on peut vivre sans amour, il sait aussi reconnaître cette chose formidable quand elle se présente. Il sait que sans l’amour qu’elle lui infuse, sans l’amour qui déborde de son propre coeur, en vrac pourvu que ça sorte, la vie serait une lutte perdue d’avance pour les petits pensionnaires de la rue Bisson, à Belleville. Pour nous parler d’un monde à part où les prostituée sont « des personnes qui se défendent avec leur cul », où les enfants vendent les chiens parce qu’ils les aiment trop, où les gens ont une grandeur d’âme insoupçonnée, Momo amalgame les mots sans toujours en saisir le sens, ce qui donne lieu à des phrases souvent incorrectes, mais toujours vraies et parfois même très crues. Cette oeuvre bouleversante mais jamais larmoyante, publiée sous le nom d’Émile Ajar, a remporté le Goncourt 1975, inscrivant ainsi Romain Gary dans la légende, puisqu’il est le seul romancier à avoir décroché deux fois le prestigieux prix. –Sana Tang-Léopold Wauters  »

Critique: Wow. Est-ce que je peux juste dire ce petit mot?

L’histoire se passe à travers le point de vue du petit Momo, enfant de prostitué recueillit par la vieille Madame Rosa. Momo n’a pas plus que 14 ans (il croit n’en avoir que 10) et n’a jamais vraiment été instruit, donc le choix de ses mots montre une réalité cru et d’une grande naïveté.

<<J’ai cessé d’ignorer à l’âge de trois ou quatre ans et parfois ça me manque.>>

Son innocence au travers de cette vie dure et injuste nous porte à réfléchir. C’est un roman saisissant, teinté d’une touche d’humour parfois triste. On ne peut s’empêcher de s’attacher aux personnages de Momo et de Madame Rosa au travers des sujets durs traités comme l’euthanasie, la Shoah, l’immigration illégale et bien entendu la prostitution et la drogue. Momo est en quête d’identité et il ne peut accepter l’idée que Madame Rosa va mourir un jour. Il faut tout ce qu’il peut pour l’aider à « mourir dans la dignité ». Le choix des mots parfois crus est balancé par le langage imagé de Momo.

<<Moi ce qui m’a toujours paru bizarre, c’est que les larmes ont été prévues au programme. Ça veut dire qu’on a été prévu pour pleurer. Il fallait y penser. Il y a pas un constructeur qui se respecte qui aurait fait ça.>>

Je vous conseille vivement cette lecture, mais je vous avertis: ce n’est pas une lecture légère. C’est entrer dans le monde des prostitués et de ceux qui font tout pour s’en sortir. C’est faire face à une réalité qu’on n’a peut-être pas envie de voir. La vie devant soi est un de mes coups de coeur. Mais, selon les avis que j’ai pu en tirer autour de moi, il est clair que c’est un livre qu’on adore ou qu’on déteste, sans demi-mesure. Je vous invite donc à vous en faire une opinion puisque moi, après cette lecture, je n’ai plus jamais pensé la vie de la même manière.

<< Pour se piquer , il faut vraiment chercher à etre heureux et il n’y a que les rois des cons qui ont des idées pareilles . (…) Mais je tiens pas tellement à etre heureux , je préfere encore la vie . Le bonheur , c’est une belle ordure et une peau de vache et il faudrait lui apprendre à vivre . (…) J’ai encore jamais fait de politique parceque ça profite toujours à quelqu’un , mais le bonheur , il devrait y avoir des lois pour l’empecher de faire le salaud . >>

Josianee .

Publicités

2 réflexions sur “La vie devant soi – Romain Gary

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s