Les âmes vagabondes – Stephenie Meyer

HabitŽe.indd

Titre: Les âmes vagabondes ou The host en version originale
Auteur: Stephenie Meyer
Date de parution: 2008
Nombre de pages: 617

Note: 7/10

Résumé: « Melanie Stryder est une rebelle. Notre Terre a été envahie par un ennemi invisible. Petit à petit, les âmes vagabondes s’emparent du corps des hommes en neutralisant leur esprit. La quasi-totalité de l’humanité a ainsi succombé. Melanie Stryder fait partie du dernier groupe d’hommes libres. Lorsqu’elle est capturée par les Traqueurs, on lui insère Vagabonde, une âme exceptionnelle qui a déjà connu plusieurs corps. Elle sait les difficultés d’envahir un humain hostile : les émotions dévastatrices, le tumulte des sens, les souvenirs trop vifs. Et Vagabonde rencontre un obstacle supplémentaire : l’esprit de l’ancienne propriétaire résiste. L’âme explore les souvenirs de Melanie dans l’espoir de découvrir l’endroit où se cachent les derniers résistants humains. Mais à la place de ces informations, Melanie submerge Vagabonde par les images de l’homme qu’elle aime – Jared, un humain encore en cavale. Incapable de se dissocier des pulsions de son corps d’emprunt, Vagabonde commence à aimer l’homme qu’elle est censée livrer aux autorités. Face aux pressions extérieures, Melanie et Vagabonde se retrouvent alliées malgré elles ; commence alors pour elles la quête incertaine et périlleuse de cet homme dont elles sont toutes deux amoureuses. »

Critique: En entendant le nom de Stephenie Meyer, on pense immédiatement à la série Twilight qui a remporté encore récemment des millions au box-office. La série vient de finir d’être adaptée au cinéma que, déjà, Stephenie Meyer vend les droits de son roman Les âmes vagabondes pour une production cinématographique dont nous verrons le produit en 2013 (Lien de la bande-annonce: http://www.youtube.com/watch?v=SRKjf8b4f2E)

Je ne m’attendais pas à une grande littérature, car même si Stephenie Meyer annonce ce roman comme une oeuvre pour un public plus vieux, je gardais des doutes. Doutes qui se sont avérés fondés. Le style est un peu plus travaillé que dans ses romans précédents: plus d’images, plus grande maîtrise de la ponctuation, plus de rythme, plus de profondeur, MAIS il reste que c’est un livre qui se veut être pour tout public. Et ne vous détrompez pas, ce n’est pas une mauvaise chose, la littérature populaire est une littérature très intéressante et très entraînante.

D’ailleurs, ce roman m’a bien plu. La force de Stephenie Meyer est de créer des univers complètement dément, mais crédible. La véracité qu’elle apporte dans ces romans, nous fait embarqué dans son monde dès la première page. C’est un don. C’est ceci qui fait qu’on est incapable de poser le roman. Une fois engagé, on ne peut plus arrêter. L’histoire est entraînante et passionnante, quoi que quelque peu prévisible…

Les personnages entant que tel sont très stéréotypés au début, les bons, les méchants… mais plus l’histoire avance, plus la dualité prend de place. Plus les personnages se compliquent, quoi que, quand même très simple comme caractère… Le noir et le blanc se mélange. J’ai bien aimé cet aspect de l’oeuvre.

Bref, pour une lecture du temps des fêtes ou des vacances, lorsqu’on veut complètement se changer les idées, sans trop se compliquer la vie, je le recommande vraiment! Par contre, pour un public plus « littéraire », qui veut voir du beau, qui veut être ébloui par un auteur et non pas par une histoire ou qui veut réfléchir et être secoué (je ne dis pas que ce livre n’a aucune valeur réflexive, mais c’est sans doute moins frappant…) ou un public plus âgé (25 ans et plus) je ne le conseil pas.

« Cette Terre était à la fois le plus noble et le plus vil des mondes; on y trouvait les émotions les plus belles, les plus délicates, et en même temps, les pulsions les plus noires, les plus sinistres. Peut-être était-ce inévitable? Peut-être sans le Très-Bas ne pouvait-on toucher au Très-Haut? »

« En tous ces millénaires, les humains n’ont jamais pu définir l’amour. Quelle est la part physique ? Quelle est la part mentale ? Est-ce le fruit du hasard ou du destin ? Pourquoi des unions parfaites sur le papier s’écroulent elles ? Pourquoi des couples improbables résistent-ils à tout ? »

« Peut-être ne pouvait-il exister de joie sur cette planète sans sa livre de douleur pour équilibrer une balance invisible. »

« Le temps n’a pas de prise sur les miracles. »

                                                                            Karo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s